17/12/2006

sommes nous Victime ou coupable

affaire

 

Sommes nous victimes ou coupables de nos faiblesses, de nos peurs, de nos angoissent?

Ext-ce une culpabilité d'être plus faible que d'autres, d'avoir des peurs, d"être senssible, d'avoir des cauchemards, d'être influençable?

ou le coupable est-ce le ou les manipulateurs, les plus forts, les plus durs, les caids?

Qui profite de l'autre, le manipulateur ou le manipulé?

pourtant on sais que chaque être possède sa propre personnalité, sa fièrté, son orgueil exterieurs mais certain d'entre eux cache leur faiblesse, leur soumission et souvent ont peur de parler de leur agresseurs et/ou de leur manipulateur souvent aussi de peur d'être montrer du doigt ou d"être considérer coupable voir même dans pas mal de cas, les manipulé se sentent eux-meme coupable de ne pas savoir ou pouvoir réagir à ces agresseurs.

Il est donc très rare que ce sois la victime qui dénonce les faits mais souvent de tiers personnes qui s'appercoivent un comportement différent de la victime ou qui s'apperçois des faits.

Il faut donc arrêter de diaboliser les victimes et plutôt les rassurer pour qu'ils puissent mieux s'exprimer, être reconu en tant que victime et mieux les entourer pour que plus jamais de choses pareille n'arrivent ni a eux ni à d'autre.  

11:05 Écrit par Une victime d'un pervers et de la justice dans Témoignage | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

11/12/2006

Rassurant par contre....

Ce qu'il y a de rassurant lorsque vous faite appel à un jugement rendu qui ne vous convient pas, et je vient seulement de l'apprendre d'ailleurs, c'est que le tribunal de la ville ou l'appel se déroulera, mène sa propre enquête sur les la ou les personnes ayant fait appel au jugement, rassurant surtout lorsqu'on sais qu'on est droits dans ses bottes et que l'ont a pas a craindre car en effet dans le cas qui me concerne nous ne demandions qu'un éclaircissement des conditions qui m'ont été octroyée en 2002 auquel les membres de mon comité n'avais pas trop bien compris les mots (principalement et présence régulières) qui ont porter donc a confusion croyant que je respectais toute les conditions ordonnée par mon jugement.

En tout cas étant hônnete avec moi -même j'ai transmis un courrier à la commission de probation sout les articles de lois me permettants de demander de reformulé certaines conditions et demandant pour rassurer les parties de prolongé la surveillance de l'assistante de probation jusqu'en 2002 afin de pouvoir ainsi prouver ma bonne fois et d'apporter tout documents nécessaires pouvant servir à prouver mes emplois du temps et actions journalière. déclarant en surplu avoir mis en route une mise à jour des statuts de l'ASBL avec une création de comité d'éthique et de surveillance.

Nous attendons donc la réponse soit négative ou possitive de ledite commission auquel je serai certainement convié en cas d'accord et avec qui je respecterai les conditions qui éventuellement me serons re-soumise et que je présenterai donc en appel à Mons le cas échéant.

La loi 'est peut-être pas forcémment mauvaise mais il arrive certainement que des erreurs puissent être commises involontairement dans certains cas et dossiers, a vous de prouver votre bonne foi et les pièces à décharge, Cependant se mettant a la place une minutes du substitut du procureur du Roi, il faut aussi faire la part des choses, à savoir un rapport  de la commission proposant la révocation du sursis probatoire et de l'autres une association subsidiée de la ville qui dans un premier temps se fait parti civile puis se présente en tant que observateur dans cette affaire, il faut donc faire la part des choses tout en sachant que j'aurais automatiquement interjeter appel et que dans tel cas le tribunal de charleroi n'est plus compétant en la matière et qu'un jugement plus que correcte peut avoir lieu dans une autre ville sans contrainte ni pression et en toute impatialité.

Soyons donc confiant et laisson ici la justice de Mons faire son travail

20:06 Écrit par Une victime d'un pervers et de la justice dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/12/2006

L'angoisse

BARRE_9

L'angoisse qui envahi tout votre corp et vous empèche de vivre normalement, surtour lorsque vous vous savez condmné à tord, c'est l'attente d'un procès en appel des décisions prises à votre égard. Ne pas connaitre la date d'audience, devoir rassembler toute les preuves et les argumentations qui prouverons que le jugement précédent fut érronné, que la défense n'a pas étée comprise, prouver que le parquet qui vous a condamné n'a pas approuver la demande de précision sur les conditions de votre premier jugement qui n'était pas bien précise avec les mots, (Principalement) et (présence régulières) que nous demandions d'enlever pour mieux préciser les conditions de la liberation probatoire incomprise par toute les parties et même les personnes non concernée par le dossier. la confusion ensuite entre participation et collaboration entre deux ou trois association dont une ne s'occupais que de famille dont les enfants sont décédé, deux  associations parrainée mais qui avais ses propres activités et dissoutes à ce jours pour mauvaises gestion.

L'attente, la lenteur des décisions, ne pas savoir les décisions qui seront prises, quand et comment se présenter, quel sera le verdic, qui sera présent, seront nous compris, quand finira cet harcelement sur un passer que l'ont veut oublier, qu'en est-il des véritables coupables...? tant de questions, tant de pressions, tant de méchanceté. Comment un être hmain peut-il survivre à ses peurs, a ses craintes, a ses attentes, comment peut-il immaginer que de victime il devient non seulement coupable mais en plus poursuivi pendant près de 7 longues années pour des faits qu'il n'a pas commis mais qu'il a été forcer de subir, et tout cela pour avoir été sincère avec son bureau de probation, les mots (principalement et présence régulière) l'ayant mit en erreur dans les conditions qui lui ont été attribuées alors qu'il ne voulais par la création de sonASBL que rendre et donner la dignité et l respect humain à tout citoyens. Est-ce condamnable que de vouloir aider les gens? est-ce punissable de donner a manger à ceux qui ont faim, à dormir à ceux et celles qui dorment dans la rue? mais surtout est-ce mal d'aider les autres avec son propre revenu?

J'ai à l'&poque accepter la sentence, accepter d'être reconnu coupable car je voulais en finir avec cette histoire, être éloigné de mes détracteurs, vivre en paix avec moi-même, mais apparamment Dieu en aura voulu autrement, me met il à l'épreuve?

 

 

17:35 Écrit par Une victime d'un pervers et de la justice dans Injustice | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/12/2006

Dans d'autres pays

Bien que je déteste le copié/coller, il semblerais que dans certains pays la police et la justice est plus proche des gens et plus discrete qu'ils le sont chez nous en Belgique.

Je m'explique:

Dans certains pays dont je ne citerai le nom, dans tout poste de police s'y trouve un substitut du procureur du Roi et des assistants sociaux avec un avocat de garde, afin d'instruire au mieux les dossiers de plaintes et flagrant délits.

Les avocats dans certains pays peuvent faire d'eux mêmes leurs enquêtes pour trouver des preuves soit à charges, soit à décharges.

Les policiés bien souvent en civile patrouilles et sillonne les villes et village, s'interessent à la vie citadine des citoyens, connaissent leur quartiers et parle bien souvent avec les gens, ce qui parfois est très utile pour évité certaines dérives.

Certe les condamnations sont parfois plus lourdes mais les enquêtes aussi sont plus fonctionnante qu'en Belgique, grâce aux caution pour les liberations certains pays donne la possibilité aux prévenu de se défendre, de rechercher de lui-même des preuves à décharges à présenter lors des audiences.

Notre justice en Belgique est vieilles d'un siècle, en retard en rapport à d'autres pays membres de l'Union, certains juges impartiel d'autres pas, certains laxiste et d'autres pas, les lois sont parfois contreversée, certains juges joues avec les mots ou vous donnent la parole mais vous empèches de parler si vous déborder quelques peu le sujet qui pourtant peut vous disculpé. Non je ne suis pas un accro aux tribunaux mais il ma suffit de mon seul procès pour me rendre compte de l'innéfficacité de certaines procédures judiciaires, je ne suis pas non plus ici pour critiquer la justice Belge mais pour éssayez de faire prendre conscience que même la justice doit évoluer avec le temps auquel nous vivons, doit s'adapté aux changement de mentalités  et arreter d'être protectioniste parcqu'on est une femme ou un adolescent car la brutalité n'appartient pas qu'a l'homme adulte, ce dernier  à aussi ses faiblesses et ce n'est pas parcequ'il est un homme qu'il est capable de se défendre face à la brutalité d'une femme ou d'un adolescent, ce n'est pas parcequ'il montre une certaine fierté en rue et en publique, qu'il n'est pas forcémment un homme battu à la maison.

21:58 Écrit par Une victime d'un pervers et de la justice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La minorité

Il n'y a pas que les femmes ou les enfants qui parfois sont maltraiter ou harcelé, il n'y a pas non plus que les hommes qui harcelent mais aussi des femmes ou des enfants adolescents, même si cela représente une minorité des cas rencontrer ou pour le moins mis à jour.

En effet comme ont dit "un homme se cache toujours pour pleurer"  en effet ce sont parfois des femmes ou des enfants qui éssaye, test et dominent soit leurs père, leurs mère ou un adulte qu'il sois homme ou femme tant qu'ils ont reperer leurs faiblesses ils profites de cette situation et à fur et à mesure du temps sans vous en appercevoir vous êtes sous leurs griffes et l'engrenage se met en route et bien souvent il est trop tard quand vous vous en appercevez.

C'est alors que vous pensez que cela est irréverssible, vous vous culpabilisé, vous vous chercher des excuses mais surtout vous chercher des excuses à la personnes qui vous a en grippe, vous croyez que cela n'est qu'un passage, que le temps calmera tout ceci mais il n'en est rien et chaque jour s'agrave d'avantage si vous n'avez pas le caractère d'y mettre fin, vous etes alors menacé, insulté, bousculé, raquetter, vous subissez le chantage et de honte vous n'osez pas en parler a vos amis, à votre entourage, à vos collègue car en dehors de ce contexte vous garder votre fierté et la force de votre "dominateur(trice)" est justement votre peur de la mise en exécution du chantage qu'il vous fait subir.

Si la victime est un homme et le détracteur une femme ou un enfant disont adolescent, vous savez que la justice ne vous croira pas, vous savez qu'en plus d'être victime vous risquer d'être accuser vous même de brutalité et de dominateur, alors vous n'oser en parler et cela renforce le, la ou les pervers qui vous prennent en grippe. De plus si vous en parler, même ayant gain de cause vous savez que le regard des autres sera différents envers vous, vous pensez que la honte envahira tout votre corp mais malgré tout vous savez que cela ne peut durer, vous savez que vous ne pourrez vivre ce genre d'attitude d'avantage, alors que faire? 

21:30 Écrit par Une victime d'un pervers et de la justice dans Violence | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Diabolisation

Le système a mon humble avis a diaboliser et semer la psycose depuis les affaires des années 90 qui ont secouer la  Belgique et le monde judiciaire. les jeunes sont pris en compte dés leurs première déposition l'adulte lui subi des interogatoires en continu et parfois publique et poursuivi tant qu'il n'a pas apporter des preuves du contraires des accusations apporter contre lui, alors que la loi prévois que c'est le parquet qui doit apporter les preuves de culpabilité et non le prévenu, les dossiers selon la loi doivent être traité aussi bien a charge qu'a décharge , cependant nous constatons que les dossiers sont le plus souvent instruit à charge et non à décharge du ou des prévenu qui souvent sont placer dans l'impossibilité de prouver leur innoncence au vu parfois d'arrestation arbitraire (voir le nombre d'arrestations préventive).

Souvent même les parents sont impuissant devant leurs enfants et ont peur de leur refuser quoique ce soit de crainte que celui-ci ne porte plainte pour maltraitance ou autres car dans tel cas ni une ni deux la police débarque sans crier gare, enquête commence, le voisinage s'immagine toute sortes de choses, votre réputation est faite vous devenez de mauvais parents, les gens vous regarde de travers, s'immagine  toute choses souvent erronné, votre vie bascule, votre couple bat de l'aile, le travail s'en ressent et pourtant vous n'avez que refuser quelque chose d'impossible a un de vos enfants en éssayant de l'éduquer au mieux de vos possibilités pour son avenir.

Des droits, certe les jeunes en ont, mais au de là des droits il faut aussi faire savoir qu'il y a des devoirs pour obtenir ses droits, que si nous devons les respecter, il faut aussi que ceux-ci respecte les adultes, les parents, le système, les profs......

Trop de protection ne semble pas être la chose la plus approprier car dés qu'un jeune de16 ans ou plus agresse une personne en rue, croyez vous vraiment qu'il ne sache pas ce qu'il fait? croyez vous qu'il en sois traumatiser apres son agression? et encore, ne vous défendez pas suite à cette agression car le jeune étant mineur cela risque de se retourner contre vous.  

20:56 Écrit par Une victime d'un pervers et de la justice dans Injustice | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Un lien, un guide

En texte, tout ce qu'il faut savoir sur les violences, le harceleurs, les pervers et comment vous y préserver... http://stfh.skynetblogs.be  

15:13 Écrit par Une victime d'un pervers et de la justice dans Liens utiles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |